Front Populaire Ivoirien | Elections législatives du 18 décembre 2016
Flash Info
AFFI : "Dans la forme, « le père de la démocratie ivoirienne » nous a fait vivre un scénario digne des dictatures du siècle passé"               AFFI : "Je voudrais au nom du FPI et à mon nom personnel souhaiter la bienvenue sur sa terre natale au Président Laurent GBAGBO"               En réponse à ma demande d'audience, à ma volonté de dialogue en vue de l'unité du Fpi, Laurent Gbagbo a choisi la rupture et la division (AFFI)              
Actualités » Vie des fédérations » Elections législatives du 18 décembre 2016
Elections législatives du 18 décembre 2016

Le Ministre Augustin Komoé s'adresse à ses parents et aux populations des Sous-préfectures de Tankessé, Tienkoikro, Kokomian.

Mes chers parents,

Le 18 décembre 2016 notre pays organisera des élections législatives pour renouveler le mandat des Députés à l’Assemblée Nationale.

En 2011, le Front Populaire Ivoirien, principal parti de l’opposition n’y a pas participé en raison de la répression qui s’abattait sur ses militants dont certains étaient pourchassés et contraints à l’exil.

En notre absence, vous avez élu un Député issu du RDR. Cinq ans après, chacun de nous doit faire le bilan de la législature écoulée. Le constat général est que notre parlement a été plus une chambre d’enregistrement qu’un contre pouvoir. Les Députés ont préféré faire plaisir au Chef de l'Etat pour protéger leurs intérêts personnels plutôt que de se préoccuper des populations qu’ils sont sensés représenter.

Chez nous, vous êtes nombreux à exprimer votre déception et votre regret. Votre déception est à la mesure des rêves qui vous ont été vendus. Nos populations assistent, impuissantes, à la dégradation de leurs conditions de vie et à l’aggravation de la fracture sociale. Dans bien des domaines, notre circonscription a reculé et perdu de nombreux acquis aux plans politique, économique et social.

Nous n’avons pas le droit d’abandonner les populations à leur sort. Nous n’avons pas le droit de laisser ce pouvoir hypertrophié confisquer nos libertés et hypothéquer l’avenir de nos enfants. Nous devons jouer le rôle qui est le nôtre et qui consiste à éveiller les consciences. Nous devons agir pour mettre fin à la gestion clanique et patrimoniale de notre pays. Nous devons contribuer à l’édification de cette nation qui est la nôtre, pour l’avènement d’une société solidaire, démocratique et prospère.

C’est pourquoi j’ai décidé d’être candidat aux élections législatives de 2016, dans la circonscription électorale de Tankessé, Tienkoikro et Kokomian, pour continuer mon travail au service de la nation et des populations de chez nous.

Qui suis-je ?

En principe, je ne suis pas à présenter ici, puisque nous marchons ensemble depuis toujours. Je suis né à Kokomian, chef lieu de la Sous-préfecture du même nom et qui forme avec Tankessé et Tienkoikro la même circonscription électorale. Je suis marié et père de quatre enfants J’ai fait des études universitaires et obtenu de nombreux diplômes en droit et en gestion des systèmes de santé.

J’ai occupé de hautes fonctions dans l’Administration ivoirienne et je totalise une somme d’expériences dans divers domaines. Le Président Laurent Gbagbo m’a confié des charges gouvernementales que j’ai assurées à votre satisfaction et sans vous déshonorer. Je suis le premier fils Agni-Bona à avoir été nommé au gouvernement en occupant successivement les portefeuilles de Ministre de la Culture et de la Francophonie et de Ministre des Mines et de l`Energie.

Au plan politique, je suis membre fondateur du Front Populaire Ivoirien. J’ai même été le premier Directeur de Cabinet du Secrétaire Général du FPI, Laurent Gbagbo en 1988. Je suis actuellement Vice-président du FPI chargé de l’Audit interne, de la Veille stratégique et de la Prospective.

Je suis un artisan de la paix. C’est pourquoi je suis engagé dans le processus de réconciliation nationale et dans le dialogue politique. Je trouve regrettable que l’on ait envoyé le Président Laurent Gbagbo et mon jeune frère Charles Blé Goudé à la Haye. Je m’associe à toutes les initiatives et démarches cohérentes en faveur de leur libération.

Je suis par ailleurs membre de plusieurs associations à caractère social et membre fondateur de la Mutuelle pour le Développement du pays Bona (MUDEBO) dont j’ai été le premier Président.

Quel est l’impact de mon action politique dans le département de Koun-Fao ?

Je suis un homme de synthèse et de compromis et j’ai toujours su allier technocratie et sociabilité au cours de ma carrière professionnelle. J’ai ainsi pu capter pour ma région d’origine des projets de développement et à caractère social, notamment dans le domaine de la santé publique et de l’éducation. Tout le monde se souvient de mon implication personnelle en vue de l’achèvement, l’équipement et l’ouverture de nombreux centres de santé dans le département de Koun-Fao.

En 2006, j’ai convaincu le Président Gbagbo de créer le département de Koun-Fao dans le souci de rapprocher l’administration des administrés et d’insuffler un réel développement à cette partie de notre région. Cette création a contribué au renforcement de l’identité sociale et culturelle des Agni Bona et Bini dans la région du Zanzan. Pour amplifier ce mouvement, les Sous-préfectures de Tienkoikro, de Boahia et de Kokomian ont été créées.

Au titre des structures décentralisées, outre le Conseil Général de Koun-Fao, les Communes suivantes ont été créées : Tankessé, Tienkoikro, Boahia, Kokomian, N’Dakro/Dihinibo, Takikro, N’Guessanbrindoukro, Presso/ Déimba, Koffibadoukro.

On peut dire sans risque de se tromper que le pays Bona et Bini est l’un des grands bénéficiaires de la politique de décentralisation du Président Gbagbo.

Au titre de la promotion des ressources humaines, j’ai permis à de nombreux jeunes et cadres du département d’accéder à un emploi pour certains et pour d’autres d'occuper des postes dans l’Administration et dans le secteur para public.

A l’issue des nombreux parrainages d’activités socio culturelles, j’ai négocié et obtenu des bourses d’études et autres aides scolaires à des élèves et étudiants en difficulté.

Le Président Laurent Gbagbo et le FPI étaient engagés dans un vaste programme tendant à doter les zones rurales d’un système d’adduction d’eau de type HVA en vue de permettre aux populations rurales d’avoir accès à l’eau potable. L’on peut citer le cas des localités qui ont ainsi bénéficié de cette politique : Deimba, Assuamakro, Akakobenankro, Pengakro, Assempanayè et Ouangui. Pour des raisons inconnues, le système d’HVA de Kokomian, achevé en 2010 n’et pas fonctionnel à ce jour.

Un pont de 80 mètres construit en 2008 entre les villages de N’Dakro et Dihinibo, financé à hauteur de 1,1 milliard de FCFA sous Laurent Gbagbo, constitue le symbole visible de l’unité des deux villages.

La construction du collège Moderne de Tankessé constitue un facteur important pour le développement du système éducatif. Sollicité par le corps enseignant, j’ai offert deux classes supplémentaires et procédé à l’électrification de cet établissement.

Toujours à Tankessé, à la demande de la jeunesse, j’ai octroyé un financement pour l’achèvement et l’équipement du foyer polyvalent inauguré en 2016.

Au titre de l’électrification rurale dont le Président Gbagbo a fait son cheval de bataille, j’ai permis au département de Koun-Fao de renforcer son taux de couverture de l’électricité.

A ma demande, la ville de Koun-Fao a bénéficié d’une extension de son réseau électrique en 2010. La ville de Tankessé était également éligible à ce programme dont le manque de suivi n’a pas permis l’aboutissement.

Que ferai-je une fois élu Député ?

Avant toute chose, vous devez savoir que bien qu’élu dans la circonscription électorale constituée des Sous-préfectures de Kokomian, Tankessé et Tienkoikro, je suis représentant de la Nation tout entière. A ce titre, que je sois à l’Assemblée nationale ou dans ma circonscription, j’agirai et je parlerai au nom de l’intérêt général et non pas au nom d’un parti politique, d’un groupe d’intérêt ou d’une région.

Mon rôle de législateur exige de comprendre l’esprit des lois, de les étudier, d’en discuter et d’appuyer ou non leur adoption. A côté des projets de loi déposés par le Gouvernement, je pourrai, dans le cadre de notre Groupe parlementaire, déposer des propositions de loi. Bien entendu, j’œuvrerai au retrait de la constitution taillée sur mesure et votée frauduleusement le 30 octobre 2016.

Je proposerai la création de commissions permanentes en vue de missions d’information, sur des thèmes précis : prix de l’eau et de l’électricité, création d’emplois pour les jeunes, revenu minimum d’insertion, service national, etc. Je m’associerai aux commissions d’enquête sur la gestion du service public.

À titre de représentant de mes électeurs, je pourrai exprimer leurs inquiétudes et leurs points de vue, intervenir en leur faveur et les aider à résoudre des problèmes. Je veillerai à ce que la communauté reçoive sa juste part des programmes publics en santé, en éducation, en infrastructures etc.

Comme je le fais déjà depuis des années, je me préoccuperai du développement économique, social et culturel de ma circonscription, en liaison avec les autres élus. Je jouerai mon rôle d’interlocuteur privilégié et permanent des maires, des services de l’État, des milieux socioprofessionnels et des associations.

En ma qualité de militant du Font Populaire Ivoirien, je participerai à la planification et à la mise en œuvre de la stratégie de mon parti. Je travaillerai à son unité et à son implantation. En outre, en tant qu’acteur principal du débat démocratique quotidien sur le plan local, j’animerai le débat politique dans ma circonscription avec toutes les populations.

Pour maintenir le contact avec les populations, j’ouvrirai une permanence à Abidjan et j’entreprendrai des visites périodiques aux populations de ma circonscription.

Je demeure l’homme d’ouverture et de compromis que vous avez toujours connu, votez massivement pour moi le 18 décembre 2016, si vous pensez que je peux valablement vous représenter et défendre les intérêts des Ivoiriens et ceux de la Côte d’Ivoire.

Avançons ensemble. C’est Dieu qui a le dernier mot. Qu’il vous bénisse abondamment !


Augustin Kouadio Komoé