Front Populaire Ivoirien | Le parti de Gbagbo à la reconquête de ses bastions perdus
Flash Info
AFFI : "Dans la forme, « le père de la démocratie ivoirienne » nous a fait vivre un scénario digne des dictatures du siècle passé"               AFFI : "Je voudrais au nom du FPI et à mon nom personnel souhaiter la bienvenue sur sa terre natale au Président Laurent GBAGBO"               En réponse à ma demande d'audience, à ma volonté de dialogue en vue de l'unité du Fpi, Laurent Gbagbo a choisi la rupture et la division (AFFI)              
Actualités » Vie des fédérations » Le parti de Gbagbo à la reconquête de ses bastions perdus
Le parti de Gbagbo à la reconquête de ses bastions perdus

Par Serge Alain Koffi

En décidant de participer aux élections législatives du 18 décembre, le Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l’ancien président Laurent Gbagbo, va tenter d’engranger le maximum de postes mais surtout de reconquérir les circonscriptions électorales, considérées comme ses bastions traditionnels, qu’il avait perdues en boycottant le précédent scrutin de 2011.

Pour se faire, l’ex-parti présidentiel a décidé de présenter 188 candidats pour les 255 postes à pourvoir à l’Assemblée nationale. Dans presque toutes les circonscriptions du pays, le FPI a aligné des représentants parmi lesquels de nombreux barons de cette formation politique.

Dans le district d’Abidjan : Marcel Gossio à Port-bouet, Atteby et Sam l’Africain à Yopougon, Issiaka Sangaré à Cocody, Christine Konan à Koumassi…

L’ancien patron du port autonome d’Abidjan, Marcel Gossio, sera candidat dans la commune de Port-Bouët (sud) dans l’espoir de faire basculer de nouveau cette commune de la capitale économique ivoirienne dans le giron du FPI.

L’ancienne conseillère de Laurent Gbagbo, Chrsitine Konan a décidé, quant à elle, de partir à la reconquête de Koumassi (sud).

A Cocody, à l’est d’Abidjan, le FPI sera représenté par Issiaka Sangaré, adjoint au maire de la commune de 2001 à 2010 et frère cadet d’Aboudramane Sangaré, leader de l’autre tendance du parti.

A Yopougon (ouest), commune pro-Gbagbo par excellence, Mohamed Sam Jichi, dit « Sam l’Africain » de même queWilliams Atteby et Félicien Gbamnan Djidan, respectivement ancien député et ex-maire de cette commune, vont défendre les couleurs bleu et rose du FPI.

A l’intérieur du pays : Affi N’guessan à Bongouanou, Agnes Monnet à Agou, Abouo N’dori à Agboville…

Le président du FPI, Pascal Affi N’Guessan, lui-même, se présentera dans son fief natal de Bongouanou, dans le centre-est du pays où il avait déjà battu le chef de l’Etat Alassane Ouattara lors de la présidentielle d’octobre 2015.

SOURCE : connectionivoirienne.net