Front Populaire Ivoirien | L’opposition prépare un coup contre le référendum constitutionnel
Actualités » Vie des fédérations » L’opposition prépare un coup contre le référendum constitutionnel
L’opposition prépare un coup contre le référendum constitutionnel

Les partis d'opposition ivoiriens, réunis au sein de l'Alliance des forces démocratiques (Afd) ont appelé ce vendredi 14 octobre, au boycott du référendum constitutionnel, prévu pour le 30 octobre prochain. C'est par la voix de Pascal Afffi N'Guessan, leader du Front populaire Ivoirien (Fpi), locomotive de la coalition de l'opposition, qui n'entend pas donner la caution de l'opposition à ce rendez-vous cher à Alassane Ouattara.

Si toutes les voies sont balisées pour faire passer, haut les mains, le projet de nouvelle constitution concoctée par le président ivoirien, Alassane Ouattara, l'enjeu du scrutin se joue désormais essentiellement sur le taux de participation. Ce vendredi, l'opposition, réunie au sein de l'Alliance des forces démocratiques (Afd), a encore fait entendre sa voix, déterminée à mettre du sable dans la farine du président ivoirien.   

"La seule chose qui reste à Allassane Ouattara, pour sauver son projet, c'est la participation", pointe Pascal Affi N'Guessan, leader du Front populaire ivoirien, l'un des poids lourds de la coalition. " (...) ils savent qu'ils ont besoin du non du Fpi. On ne leur donnera pas notre non (...) fulmine-t-il. Pour le successeur de Laurent Gbagbo à la tête du Fpi, "il ne faut pas avaliser, par sa participation une procédure illégale et illégitime", assimilant le projet de révision à une initiative rétrograde, démagogique et monarchique. "Il faut au contraire dire qu'on n'est pas concernés. On nous a humiliés. Pourquoi nous allons participer, à donner un déni démocratique à faire croire à l'opinion qu'il il y a eu un débat", s'insurge le leader de l'opposition ivoirienne. "Nous ne pouvons pas nous laisser instrumentalisés, pour rattraper la tragédie constitutionnelle", conclut-il, donnant rendez-vous aux électeurs, pour les élections législatives, prévues pour se tenir, un mois environ après le référendum constitutionnel.

Source : http://beninmondeinfos.com
Bruno O. OTEGBEYE