Front Populaire Ivoirien | L'opposition dans les rues samedi
Flash Info
AFFI : "Dans la forme, « le père de la démocratie ivoirienne » nous a fait vivre un scénario digne des dictatures du siècle passé"               AFFI : "Je voudrais au nom du FPI et à mon nom personnel souhaiter la bienvenue sur sa terre natale au Président Laurent GBAGBO"               En réponse à ma demande d'audience, à ma volonté de dialogue en vue de l'unité du Fpi, Laurent Gbagbo a choisi la rupture et la division (AFFI)              
Actualités » Vie des fédérations » L'opposition dans les rues samedi
L'opposition dans les rues samedi

L’opposition ivoirienne maintient la pression sur le gouvernement contre le projet d’une nouvelle Constitution en Côte d’Ivoire, voulue par le président Alassane Ouattara.

Samedi, une centaine de partisans de la coalition des partis politiques regroupés au sein de l’Alliance des forces démocratique (AFD), dont le Front populaire ivoirien (FPI), ont pris d’assaut les rues de la capitale économique ivoirienne, Abidjan, pour manifester une nouvelle fois contre l’avènement d’une troisième République, tel que défendu par le pouvoir.

Pascal Affi Nguessan, président du FPI et de la coalition, qui prenait part à cette marche, a réaffirmé les enjeux de leurs actions.

“L’objectif de cette marche était de montrer à la face du monde que ce ne sont pas tous les Ivoiriens qui adhèrent à la réforme constitutionnelle en cours en Côte d’Ivoire”, a-t-il expliqué.

“Un testament politique et non une Constitution… taillée sur mesure pour Ouattara et son clan”

Présenté mercredi par le président Alassane Ouattara aux députés, l’avant-projet de loi de la nouvelle Constitution sera examiné mardi prochain par les parlementaires.

S’il n’a pas encore été dévoilé officiellement aux Ivoiriens, l’on avance dores et déjà que le texte prévoit la création d’un sénat et d’un poste de vice-président. Une fois approuvé, le texte sera soumis à un référendum par le Parlement.

Des arguments avancés par le chef de l‘État ivoirien, la nouvelle Constitution ivoirienne permettra à la Côte d’Ivoire d’acquérir une stabilité durable et de tourner de manière définitive la page de la crise.

Pour Pascal Affi Nguessan, cependant, le texte apparaît comme “un testament politique et non une Constitution… taillée sur mesure pour Ouattara et son clan”. Le président du FPI annonce de prochaines manifestations pour faire annuler le texte.

Source : africanews.com
Carole KOUASSI avec AGENCES