Front Populaire Ivoirien | Marche pacifique de l’opposition à Abidjan contre le projet de nouvelle Constitution ivoirienne
Actualités » Vie des fédérations » Marche pacifique de l’opposition à Abidjan contre le projet de nouvelle Constitution ivoirienne
Marche pacifique de l’opposition à Abidjan contre le projet de nouvelle Constitution ivoirienne

Des partis de l’opposition ivoirienne regroupés au sein de l’Alliance des forces démocratiques (AFD) ont organisé une marche pacifique à la mi-journée de samedi à Adjamé, commune située au centre d’Abidjan, pour affirmer leur opposition au projet nouvelle Constitution ivoirienne initié par le gouvernement.

Avec à leur tête le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’guessan, porte-parole de l’AFD, les manifestants ont marché du « carrefour Agban » à la Place des martyrs sur le boulevard lagunaire, escortés par un dispositif mixte de forces de sécurité nationale et de l’opération des Nations unies en Côte d’Ivoire.

« L’objectif de cette marche était de montrer à la face du monde que ce ne sont pas tous les Ivoiriens qui adhèrent à la réforme constitutionnelle » en cours en Côte d’Ivoire, a expliqué M. Affi au terme de la marche, s’adressant aux militants de cette coalition venus prendre part à la manifestation.

« La lutte ne fait que commencer, restez mobilisés et attendez d’autres mots d’ordre dans les jours à venir »», a-t-il promis.

L’avant-projet de loi de la nouvelle Constitution ivoirienne a été présenté aux députés mercredi par le président de la République Alassane Ouattara. Il a été adopté par les parlementaires membres de la Commission des affaires générales et institutionnelles de l’Assemblée nationale, dans la nuit de vendredi à samedi, en attendant son examen en plénière mardi.

Ce texte qui n’a pas encore été rendu public par le gouvernement ivoirien, prévoit notamment la création d’un poste de vice-président –élu sur un même ticket avec le président de la république-, d’un Sénat, le renforcement du pouvoir du Conseil économique et social, la constitutionnalisation de la parité hommes-femmes et de la Chambre des rois et chefs traditionnels.

Il écarte, selon le président ivoirien, les « dispositions confligènes » de la Constitution de 2000 (en vigueur), et permettra d’assurer au pays « une stabilité durable ».

Source: AIP