Front Populaire Ivoirien | Lu pour vous sur Facebook de : Democrate Achim
Flash Info
AFFI : "Dans la forme, « le père de la démocratie ivoirienne » nous a fait vivre un scénario digne des dictatures du siècle passé"               AFFI : "Je voudrais au nom du FPI et à mon nom personnel souhaiter la bienvenue sur sa terre natale au Président Laurent GBAGBO"               En réponse à ma demande d'audience, à ma volonté de dialogue en vue de l'unité du Fpi, Laurent Gbagbo a choisi la rupture et la division (AFFI)              
Actualités » Vie des fédérations » Lu pour vous sur Facebook de : Democrate Achim
Lu pour vous sur Facebook de : Democrate Achim

Les ivoiriens ont peur et tant qu’ils auront peur, leur démocratie et leur liberté seront confisqués. Même si Affi avait maintenu le sit-in, peu d’ivoirien aurait répondu à l’appel. Mamadou Koulibaly n’est pas seul dans son parti, mais il a été le seul sur le lieu de la manifestation. Pourquoi ? Parce que les traumatismes des ivoiriens sont encore frais.
En effet ADO a introduit la violence dans le paysage politique ivoirien. Lui et sa bande ont traumatisé les ivoiriens pour finalement s’accaparer le pouvoir et faire emprisonner les démocrates. ADO a instauré la violence et l’intimidation comme système de gouvernement pour confisqué le pouvoir et les libertés.
AFFI n’a pas été lâche, il n’a pas non plus vendu la lutte, il a seulement fait une juste appréciation des réalités du moment. Et la plus grande réalité aujourd’hui est que beaucoup sont les ivoiriens qui ne veulent pas prendre de risque avec ce pouvoir sauvage d’ADO, pour ne pas avoir de souvenirs inoubliables.
L’autorisation de la marche du samedi 08 Octobre est une grande victoire de l’opposition dans le contexte actuel.
Pour l’instant mobilisons-nous tous dans les manifestations que les sanguinaires au pouvoir autorise et encadre, jusqu’à ce que la peur disparaissent. Réussissons ces tests d’entrainement. Le jour vient et il est déjà proche où les ivoiriens seront prêt à braver ce régime en toutes circonstances ou situations.
Car, on peut intimider le peuple, mais on ne peut pas intimider le peuple indéfiniment…

JE RESTE AFFI