Front Populaire Ivoirien | Pascal Affi N’Guessan : "Gbagbo part pour créer un parti pour servir l'idolâtrie et le culte de la personnalité"
Flash Info
AFFI : "Dans la forme, « le père de la démocratie ivoirienne » nous a fait vivre un scénario digne des dictatures du siècle passé"               AFFI : "Je voudrais au nom du FPI et à mon nom personnel souhaiter la bienvenue sur sa terre natale au Président Laurent GBAGBO"               En réponse à ma demande d'audience, à ma volonté de dialogue en vue de l'unité du Fpi, Laurent Gbagbo a choisi la rupture et la division (AFFI)              
Actualités » Vie des fédérations » Pascal Affi N’Guessan : "Gbagbo part pour créer un parti pour servir l'idolâtrie et le culte de la personnalité"
Pascal Affi N’Guessan : "Gbagbo part pour créer un parti pour servir l'idolâtrie et le culte de la personnalité"

Le Président du Front populaire ivoirien, Pascal Affi N’Guessan a animé une conférence de presse, ce samedi 14 août 2021, à Abidjan-Cocody, 2Plateaux, les Vallons. M. Affi s’est prononcé sur la situation au sein du parti marqué par l’annonce de Laurent Gbagbo qui envisage créer un nouveau parti politique.

« Le Président Gbagbo part. Il part pour créer un Parti taillé à sa mesure pour servir l'idolâtrie et le culte de la personnalité. Il nous dit ainsi de faire le choix entre l'autocratie et la démocratie, entre le passé et l'avenir », a indiqué Pascal Affi N’Guessan pour qui il fallait s’y attendre.

Pour Affi N’Guessan dès l’accession au pouvoir du Fpi, Laurent Gbagbo aurait décidé de « fragiliser le Parti en le mettant hors du débat démocratique en interne ». En agissant ainsi, M. Affi accuse l’ex-Chef de l’Etat d’avoir concentré le pouvoir sur sa personne. « Dès l'éclatement de la rébellion, il a créé le CNRD. En 2010, il a mis LMP en place. Et le FPI était déjà écarté de la politique électorale », a expliqué le président du Fpi Affi N’Guessan.

Quand on l’accuse d’avoir signé un deal avec le pouvoir, M. Affi N’Guessan soutient qu’on lui veut pour son « sens du dialogue et de la négociation pour atténuer les difficultés auxquelles étaient confrontés le Parti et ses militants. » Pour toutes ces raison le leader du Fpi estime être l’objet d’attaque de toute de la part des Gbagbo ou rien (Gor). « Des boycotts tout azimut pour me combattre. On a fait croire que j'ai rencontré seul le Président français Hollande, alors qu'y étaient présents Danon Djedjé et Michel Gbagbo », souligne M. Affi pour justifier qu’il a toujours associé tous les cadres à la gestion du parti.

A l’instar de Laurent Gbagbo et bien d’autres fondateurs du parti, M. Affi N’Guessan a affirmé qu’il en fait partie. Il a soutenu qu’au moment où Laurent Gbagbo était en exil, lui Affi était dans la clandestinité travaillant avec Simone Gbagbo. Son frère aîné, a-t-il révélé, s’y est opposé et ne voyait pas cela d’un bon œil. « Depuis 1986, j'ai servi le Parti. Moralement, intellectuellement, physiquement et financièrement », a affirmé M. Affi. Avant d’ajouter : « De toutes les activités que j'ai effectuées jusqu'en 2000 dans les missions et les implantations, c'était sur fonds propres. Je n'ai reçu l'argent de personne. Le FPI était en manque de moyens. Du haut de mes convictions, j'ai mis à profit ma condition sociale. Le Président Gbagbo, nous l'avons fait. Ensuite, il nous a fait. »

SOURCE : www.fratmat.info
Auteur : Salif  D. Cheickna