Front Populaire Ivoirien | Lettre ouverte à mon aînée Aka Véronique
Flash Info
Affi N’guessan « J’ai aucun problème, avec qui que ce soit »               AFFI : "La libération de Simone Gbagbo est un geste de décrispation"               AFFI : L’unité est en marche au sein du Front populaire ivoirien (…) La base du FPI a compris que la fronde a été une superchérie              
Actualités » Vie des fédérations » Lettre ouverte à mon aînée Aka Véronique
Lettre ouverte à mon aînée Aka Véronique

Chère sœur,

Quand on part à une quelconque élection deux (2) possibilités s’offrent à nous : gagner ou perdre. Quand l’on est pas préparé psychologiquement à ces deux éventualités alors on évite d’y aller.

Je viens de visionner une vidéo où tu traites le président Affi de tous les noms d’oiseaux. La mère de famille que tu es et l’image de femme responsable que tu entends te donner devraient t’inciter à utiliser le bon ton pour t’exprimer.

Tu prétends que « Affi n’est rien dans le Moronou ». Et pourtant ce même Affi, en 1990, au plus fort du pouvoir PDCI a été maire de Bongouanou en battant sans bavure le tout puissant maire PDCI d’alors. En 2015, lors de la présidentielle, il s’est même offert le luxe de battre à plate couture le Chef de l’Etat dans le Moronou et spécialement chez toi, dans le département de Mbato, où tu étais pourtant la Directrice locale de campagne de M. Ouattara. En 2016, il a encore remis le couvert en s’adjugeant le siège de député sous-préfecture quand son poulain, Amalaman Gilbert, qui vient lui aussi d’être élu maire FPI de Bongouanou, s’appropriait la députation face à celui que tu avais « sponsorisé ».

Chère aînée,

Qui peut le plus peut le moins. Si Affi a pu aisément battre M. Ouattara dans le Moronou alors qu’il avait contre lui tous les hauts cadres PDCI et RDR de la région ce n’est pas toi, qui à l’occasion de cette élection locale n’avait bénéficié du moindre soutien de hautes personnalités de ton parti, le PDCI, qui aurait pu lui faire ombrage.

Chère sœur,

Soit forte dans l’échec. Soit bonne perdante et surtout reste digne. Tu as certainement cru, naïvement, que tes milliards auraient pu acheter la conscience de tes frères et sœurs du Moronou. Cela t’a joué un mauvais tour car le peuple Agni est digne et fier. Il ne se laisse pas acheter. Affi n’a certes pas tes milliards mais il connaît ses parents et ses parents le connaissent depuis plus de 30 ans sur la scène politique locale.

Pour toi l’enjeu de cette élection c’était la présidence du conseil régional, pour eux c’était un soutien à leur fils sur sa route vers la présidentielle. Le soutien de ses parents, Affi l’aura toujours contre quiconque l’affrontera chez lui.

Je sais que l’échec fait mal. Je te comprends. Moi-même j’ai perdu l’élection municipale à Dimbokro. Il y a eu de nombreuses irrégularités et un nombre impressionnant de personnes convoyées d’ailleurs pour venir voter à Dimbokro. Des villages qui, il y a 5 ans avaient seulement une centaine d’électeurs se sont retrouvés avec le double voire le triple de votants. Nonobstant cela je n’ai pas jugé utile et opportun de crier au loup et prendre cela comme excuses pour me dédouaner. D’ailleurs, avant la proclamation officielle des résultats j’ai félicité publiquement mon adversaire qui, quelques heures auparavant avait pourtant refusé de me serrer la main devant les autorités préfectorales et militaires du département qui nous avaient invité à faire une campagne « civilisée » et à accepter le résultat des urnes.

Le Conseil Régional est pour le Président Affi une étape vers la présidentielle de 2020. Tu as donc tout le temps de mieux de te préparer pour revenir plus forte, non pas seulement avec de l’argent mais cette fois-ci avec des projets de développement réalistes. C’était là ton talon d’Achille. Mets toi au travail pour 2023 et arrête de te donner en spectacle comme te le conseille tes suiveurs. Cela ne t’honore pas chère sœur. La politique ce n’est pas la guerre. Dans le meilleur ou le pire des cas je te conseille de saisir les instances compétentes car tu affirmes détenir des documents et un « dossier en béton » contre le Président Affi. Fais-le ou alors tais-toi chère sœur.

Ton jeune frère Jean Bonin

SOURCE : affi nguessan com