Front Populaire Ivoirien | La JFPI somme Ouattara de démultiplier les centres d'enrôlement
Actualités » Vie des fédérations » La JFPI somme Ouattara de démultiplier les centres d'enrôlement
La JFPI somme Ouattara de démultiplier les centres d'enrôlement
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 22 février 2020 à 10:51 | mis à jour le 22 février 2020 à 10:51

Lia Gnan Ferdinand, secrétaire national à la jeunesse du Front populaire ivoirien (JFPI), a lancé vendredi 21 février 2020, un ultimatum au gouvernement ivoirien pour démultiplier les centres d'enrôlement pour l'établissement des cartes nationales d’identité (CNI ).

Établissement des CNI : Lia Gnan Ferdinand (SN JFPI) lance un ultimatum de 2 semaines au gouvernement

Le premier responsable de la jeunesse du Front populaire ivoirien, tendance Pascal Affi N’guessan, n’y est pas allé de main morte pour se prononcer sur la question du déficit des centres d’enrôlement pour l’établissement des cartes nationales d’identité.

Prenant à témoin l’opinion nationale et internationale lors d’une conférence de presse qu’il a animée le vendredi 21 février au siège du FPI sis aux 2 Plateaux-Les Vallons, le successeur de Konaté Navigué a donné deux semaines au régime Ouattara pour trouver des solutions aux entraves qui mettent à mal le bon fonctionnement du processus d'identification.

Faute de quoi, ses camarades et lui se réservent le droit d’utiliser tous les moyens démocratiques pour obtenir gain de cause, comme par exemple des marches éclatées sur toute l’étendue du territoire national.

M. Gnan Ferdiand juge les centres d’enrôlement (118 au total) ainsi que les moyens techniques et humains, très insuffisants pour faire face à une demande estimée à 11 millions de personnes à enrôler en 3 mois.

Le secrétaire national à la jeunesse du Front populaire ivoirien a aussi sévèrement critiqué la gouvernance du régime en place. Notamment la politique sociale du RHDP qui, selon lui, reste encore très loin des attentes des populations les plus démunies.

« Ils ont échoué dans la gestion des hommes », a argué le responsable de la jeunesse du FPI. Avant d’ajouter : « Au lieu de lutter contre la pauvreté, la politique sociale du président Alassane Ouattara consiste à lutter contre les pauvres ».

Citant entre autres, le déguerpissement « sauvage » des populations vivant dans les quartiers précaires sans aucune mesure d’accompagnement.

SOURCE : afrique-sur7.fr