Front Populaire Ivoirien | Projet de recomposition CEI, Affi N'guessan «c'est une initiative parallèle, personnelle et solitaire du gouvernement qui n'engage nullement l'AFD et le FPI»
Actualités » Vie des fédérations » Projet de recomposition CEI, Affi N'guessan «c'est une initiative parallèle, personnelle et solitaire du gouvernement qui n'engage nullement l'AFD et le FPI»
Projet de recomposition CEI, Affi N'guessan «c'est une initiative parallèle, personnelle et solitaire du gouvernement qui n'engage nullement l'AFD et le FPI»

L’annonce de la recomposition de la Commission électorale Indépendante (CEI) par le gouvernement ne semble pas rencontrer suscite déjà des réactions au sein des partis d’opposition.

Le front populaire ivoirien et l’Alliance des Forces Démocratiques de Côte d’Ivoire (AFD-CI) disent –ils ne pas se sentir concernées par cette recomposition de la CEI qu’ils qualifient de parallèle, personnelle et solitaire.

« A l'issue du conseil des ministres du mercredi 3 juillet 2019, le porte-parole du gouvernement a annoncé l'adoption d'un projet de loi portant recomposition de la CEI. Dans la forme, Le texte adopté en conseil des ministres est unie initiative parallèle, personnelle et solitaire du gouvernement qui n'engage nullement l'AFD et le FPI.Dans le fond, ce projet du gouvernement n'apporte pas de réponse à la question de l'équilibre dans la composition de la Commission. Au con-traire, il maintient la mainmise de la majorité présidentielle sur la CEI avec 7 représentants sur 15 membres (47%) contre 3 membres pour l'opposition (20%) et 5 pour la société civile (30%)», a martelé Pascal Affi Nguessan au cours d’une conférence de presse qu’il a animé hier au siège de son parti de Cocody les deux plateaux vallons, comme constaté sur place par KOACI.

Affi Nguessan estime que cette initiative du gouvernement n'est pas le résultat du dialogue politique avec les partis politiques et la société civile.

Pour lui les négociations, entamées depuis janvier 2019 entre le gouvernement, les organisations de la société civile et les partis politiques en vue de l'adoption d’une CEI consensuelle, ne sont pas achevées.

« La première étape de ce dialogue a enregistré 11 propositions différentes émanant des 11 organisations participant aux négociations. Le PV de cette étape mentionne des points d'accord et d'autres points sur lesquels les discussions doivent se poursuivre. Le FPIet l'AFD sont dans l'attente de cette seconde étape du dialogue politique», a ajouté le président du conseil régional du Moronou.

Même s’il dénote un déséquilibre dans la composition des commissions locales de la CEI, le porte-parole de l’Alliance des Forces Démocratiques de Côte d’Ivoire a souhaité « une CEI ni à la solde de l’opposition ni à la solde du parti au pouvoir».
 

Enfin, l’infirme branche du FPI que dirige Affi et l'AFD appellent-ils le gouvernement à reprendre et à poursuivre les négociations en vue d'assainir totalement le cadre juridique et institutionnel des élections et de garantir des élections démocratiques et apaisées en 2020.
 

Faute de quoi, ils promettent se donner tous les moyens pour que le gouvernement accepte de revenir sur la table de négociation.

SOURCE : koaci.com
Jean Chrésus