Front Populaire Ivoirien | Des partis d'opposition et des organisations de la société civile haussent le ton
Flash Info
Jean BONIN : A quoi ça sert d’être 1er en tout, d’avoir un taux de croissance à 10 chiffres, d’avoir les plus belles infrastructures du monde, (…) si vous ne placez pas l’être humain et son bien-être au cœur de votre politique économiques               Jean BONIN : L’essentiel de la richesse créée (en Côte d'Ivoire) est accaparée par une kleptocratie et une horde de rattrapetocrates               AFFI : La nouvelle Constitution de Côte-d’Ivoire ne peut servir de "prétexte" à Ouattara pour briguer un 3è mandat               AFFI : L’unité est en marche au sein du Front populaire ivoirien (…) La base du FPI a compris que la fronde a été une superchérie              
Actualités » Vie des fédérations » Des partis d'opposition et des organisations de la société civile haussent le ton
Des partis d'opposition et des organisations de la société civile haussent le ton
Des partis politiques d'opposition et le collectif des organisations de la société civile ont dénoncé, mercredi 21 février 2018, la « tentative de passage en force du gouvernement » concernant la tenue des élections sénatoriales. Réunis, au siège du Rassemblement pour la paix, le progrès et le partage (Rpp) à Cocody, ces fervents partisans de la reforme de la Commission électorale indépendante (Cei) ont averti, par le truchement de Martial Ahipeaud, président de l'Union pour le développement et les libertés (Udl), des risques qu'il y aurait à organiser les sénatoriales « au mépris de certaines dispositions ». « Nous sommes surpris de cette mesure du gouvernement qui, si elle prospère, conduira notre pays vers la catastrophe », a dit Martial Ahipeaud. La coalition de partis et d'Organisations non gouvernementales (Ong) dénonce une « intolérable violation de la Constitution » relativement à l'ordonnance n°2018-143 du 14 février 2018 fixant les conditions de la tenue des sénatoriales. D'après la coalition, c'est au législateur qu'il revient d'organiser le Sénat à travers une loi organique. Le chef de l’État, estime la coalition, ne devait pas passer outre l'Assemblée nationale. « Cette attitude intolérable du chef de l’État traduit son refus de se conformer à l’arrêt de la Cour africaine des droits de l'Homme et des peuples qui s'impose pourtant à lui. En réalité M. Ouattara entend maintenir en place une commission électorale caduque et un code électoral désuet. Cette tentative de passage en force, malgré les efforts et les propositions de la société civile soutenues par les partis politiques de l'opposition, ne saurait prospérer », a signifié Martial Ahipeaud. La coalition a demandé au gouvernement que lui soient proposées, « dans les meilleurs délais », les conditions garantissant des élections crédibles et apaisées, gage d'une paix sociale et d'un développement harmonieux. Elle a aussi appelé à un dialogue sur la question électorale, et a invité la communauté internationale à se saisir du dossier. « Nous exhortons nos militants à demeurer vigilants et mobilisés », a dit M. Ahipeaud. Des personnalités telles Abouo N'dori Raymond (Front populaire ivoirien), et Ouattara Gnonzié (Rpp) étaient présents à la réunion. SOURCE : .linfodrome.com / AUTEUR : Venance KOKORA