Front Populaire Ivoirien | Pour s’opposer au projet de nouvelle constitution /L’opposition annonce des actions de masse
Flash Info
AFFI : "Dans la forme, « le père de la démocratie ivoirienne » nous a fait vivre un scénario digne des dictatures du siècle passé"               AFFI : "Je voudrais au nom du FPI et à mon nom personnel souhaiter la bienvenue sur sa terre natale au Président Laurent GBAGBO"               En réponse à ma demande d'audience, à ma volonté de dialogue en vue de l'unité du Fpi, Laurent Gbagbo a choisi la rupture et la division (AFFI)              
Actualités » Vie des fédérations » Pour s’opposer au projet de nouvelle constitution /L’opposition annonce des actions de masse
Pour s’opposer au projet de nouvelle constitution /L’opposition annonce des actions de masse

Après les interpellations restées sans suites, l’opposition passe à la vitesse supérieure. Le collectif des partis de l’opposition démocratique (code), la plateforme regroupant 23 formations a annoncé hier, durant une conférence de presse, à l’immeuble carbone, à cocody, qu’elle fera barrage au projet de réforme constitutionnelle, «par tous les moyens».

Bamba Moriféré, le porte-parole du collectif a utilisé des mots et des termes bien à propos pour traduire l’engagement ferme des responsables politiques. « Vous pouvez me croire, les personnalités ici réunies feront tout pour que Ouattara soit perdant », a-t-il martelé sous les acclamations des militants et sympathisants mobilisés. Le porte-parole du code a indiqué que des actions seront menées dans le district autonome d’abidjan et dans les villes de l’intérieur du pays dans les jours et semaines à venir en vue de susciter l’adhésion massives des populations. « Il ne s’agit pas d’une affaire de l’opposition. Tous les ivoiriens sont interpellés. Il ne faut pas ouvrir la boîte de pandore. Ce n’est pas parce qu’on s’appelle Ouattara qu’on doit avoir sa Constitution. Si on permet cela, tous les présidents qui viendront auront leur Constitution », a souligné daniel aka ahizi, président du parti ivoirien des travailleurs (pit).

Laurette Boetté du cap-udd et hyacinthe nogbou du cojep ont abondé dans le même en demandant aux jeunes et aux femmes de se mobiliser. « Nous allons organiser des meetings et des manifestations de masse, à abidjan », a martelé Bamba Moriféré. Il a relevé qu’il y a péril en la demeure car aujourd’hui, les acquis démocratiques obtenus au prix de mille et un sacrifices sont menacés. a cet égard, Bamba Moriféré a évoqué le sort réservé à la commission électorale indépendante par alassane ouattara. Il a dé- noncé une manœuvre pour supprimer cette institution au profit du ministère de l’inté- rieur, comme cela a été dit en son temps. Toute chose incompréhensible, dans la mesure où, en son temps, les forces démocratiques parmi lesquelles le rdr ont battu la pavé. Selon Bamba Moriféré, alassane ouattara veut imposer sa constitution aux ivoiriens. Un projet qu’il a déjà élaboré et qu’il veut faire passer à tout prix. « La Constitution n’a pas prévu les conditions d’élaboration, mais d’amendement. Toutefois, il y a des principes universelles pour l’élaboration d’une Constitution », dira-t-il. Il s’est élevé à la fois contre la procédure et le fond de la loi proposée.

Comme beaucoup d’observateurs, il a préconisé une assemblée constituante, à la place du comité d’experts. Sur le poste de vice-président, il a fait savoir que « la question qui se pose n’est pas la succession d’autant plus que la Côte d’ivoire n’est pas une monarchie. C’est celle de l’alternance. Dans ce sens, seul le peuple peut dé- cider de celui qui sera viceprésident et non par des manœuvres comme l’on se propose de le faire », dira-t-il. De même, le porte-parole du code voit d’un mauvais œil que le sénat proposé soit composé de deux catégories de membres. Ceux élus au suffrage universel direct et ceux désignés par le président de la république. « Le Code a décidé de prendre ses responsabilités toutes ses responsabilités face à la volonté d’alassane Ouattara d’imposer une Constitution à la Côte d’ivoire », avancerat-il. Répondant aux questions des journalistes sur les chances d’aboutissement de cette position, le conférencier a fait comprendre que le code est porteur des aspirations profondes d’une grande partie ivoiriens. Sans le dire, il a laissé entrevoir, un nouveau départ pour l’opposition n