Front Populaire Ivoirien | une « marche de la colère » et une pluie de revendications
Actualités » Vie des fédérations » une « marche de la colère » et une pluie de revendications
une « marche de la colère » et une pluie de revendications

le président du Front populaire ivoirien (FPI) Pascal Affi Nguessan et les membres de l`Alliance des forces démocratiques (AFD) ont  organisé  ce samedi 17 juin à Abidjan, « la marche de la colère ». Cette marche de l’opposition politique a débuté à la gare de Bassam dans la commune de Treichville (Abidjan sud) s`est achevé à la place des martyrs à Adjamé (Abidjan nord).

Le ciel n’a pas été clément avec les marcheurs. Beaucoup de pluies pour accompagner cette manifestation initiée par l’opposition proche de l’ancien chef de l’Etat, Laurent Gbagbo.

Sous une pluie battante, une centaine de manifestants, ont répondu à l’appel à manifester du président du FPI « contre une situation politique fragilisée par les mutineries de soldats en mai ». «  La Côte d’Ivoire ainsi que les démocrates ont décidé de rompre avec la peur  et de se mettre débout  pour exercer pleinement leurs droits, de prendre en main leur destin et d’exprimer haut et fort leur mécontentement quand il faut le faire », a lancé Pascal Affi Nguessan à l’endroit des manifestants.

« Nous dénonçons un pouvoir répressif, un pouvoir qui n’aime pas la liberté et la démocratie » a-t-il poursuivi. « Ce pouvoir, nous allons l’obliger à reculer sur les libertés et nous allons prendre le terrain quand il le faut », a promi, Affi Nguessan.  Pour lui, « il faut que la Côte d’Ivoire soit un pays démocratique avec une justice  impartiale, une administration neutre  ainsi qu’une armée républicaine ».

« Nous sommes prêts pour continuer notre combat sur tous les terrains pour que les fondamentaux de la République soient rétablis et que le jeu politique se déroule dans un contexte sécurisé, transparent et apaisé. C’est cela notre ambition de manière à ce qu’en 2020 l’alternance soit possible en Côte d’Ivoire », a martelé le président du FPI.  « Notre pays est dans l’impasse et nous avons du mal à sortir des difficultés. Nous sommes venus marcher pour les prisonniers, les exilés, la réconciliation nationale qui est en panne et que le pouvoir actuel refuse de mettre en œuvre », a expliqué l’ancien premier ministre de Laurent Gbagbo.

 « Comment peut-on bâtir un pays dans la division ? », a interrogé le leader du FPI, en relevant « l’absence de cohésion nationale » en Côte d’Ivoire depuis 2011.

Pascal Affi Nguessan a aussi évoqué la grogne sociale. « Nous sommes venus marcher pour le progrès, contre la vie chère, pour les souscripteurs de l’agrobusiness que le pouvoir a escroqué, contre le chômage des jeunes, pour soutenir les paysans et en particulier les producteurs de café cacao (…) », a-t-il  énuméré.

Cette « marche de la colère » a été aussi l’occasion, pour les partisans du FPI, le parti de l’ancien président Laurent Gbagbo,  de réclamer sa libération. L’on pouvait lire sur des pancartes « Libérez Gbabgo ».

La marche s’est déroulée dans le calme, encadrée par plusieurs détachements de policiers et de gendarmes.

Viviane Yoboué

Source : africadaily.news