Front Populaire Ivoirien | LES PROPOSITIONS DU PDT DU FPI POUR LUTTER CONTRE LA PAUVRETÉ
Flash Info
AFFI : "Dans la forme, « le père de la démocratie ivoirienne » nous a fait vivre un scénario digne des dictatures du siècle passé"               AFFI : "Je voudrais au nom du FPI et à mon nom personnel souhaiter la bienvenue sur sa terre natale au Président Laurent GBAGBO"               En réponse à ma demande d'audience, à ma volonté de dialogue en vue de l'unité du Fpi, Laurent Gbagbo a choisi la rupture et la division (AFFI)              
Actualités » Vie des fédérations » LES PROPOSITIONS DU PDT DU FPI POUR LUTTER CONTRE LA PAUVRETÉ
LES PROPOSITIONS DU PDT DU FPI POUR LUTTER CONTRE LA PAUVRETÉ

Réduction du budget de la Présidence de la république (acte 2).

Le budget de la présidence s’élève actuellement à 96 milliards Fcfa dont 86 milliards sont affectées uniquement aux charges de fonctionnement. C'est excessif.

Aux regards des économies à faire sur la fusion des ministères et de la réduction du budget de la présidence et d’autres institutions, il convient de faire l’analyse du rendement des lignes de recettes fiscales. On pourrait ainsi soit réduire le taux d’imposition des impôts qui ont un impact direct sur les prix de biens de grande consommation, soit supprimer certains impôts non performants mais qui ont aussi un impact considérable sur la cherté de la vie. Ces actions visent à réduire les revenus fiscaux pour un montant équivalent à la réduction des charges budgétaires estimées au minimum à FCFA 80 milliards.

L’impôt synthétique : il a généré en moyenne 5 milliards Fcfa par an sur les 5 dernières années. C’est un impôt non performant pour les finances publiques mais qui contribue à renchérir les coûts des produits de grande consommation car il est prélevé sur les petits commerçants dont les produits contribuent largement au panier de la ménagère. Il convient de trouver un traitement à cet impôt pour qu’il participe à la baisse des prix des produits sur les marchés.

Les timbres et Vignettes : Ce sont des taxes qui génèrent seulement FCFA 1 milliard par an. Or ils impactent le coût du transport public. Il serait bon également que ces taxes non performantes soient abandonnées.

Le droit d’enregistrement café cacao : c'est un élément du barème de commercialisation du café et cacao. Il constitue par conséquent un manque à gagner pour les producteurs de ces matières premières. C’est un impôt qui a rapporté des fortes sommes au cours de la période. Il serait utile de revoir le taux à la baisse de sorte à diminuer son rendement d’environ FCFA 20 à 30 milliards. Ce serait autant de ressources disponibles pour les paysans.

La taxe spécifique sur les télécommunications téléphoniques qui rapporte en moyenne FCFA 22 milliards aux finances publiques contribuent aussi à renchérir le cout de la vie de chaque ivoirien étant donné le taux de pénétration de la téléphonie cellulaire qui est de 100%. Cette taxe devrait être réduite pour en baisser le rendement d’environ FCFA 10 milliards et faire ainsi baisser le coût des télécommunications.

Comme, on peut le voir, une politique budgétaire saine permet de réduire le coût de la vie et même de booster la consommation, toute chose étant égale par ailleurs. C’est pourquoi, nous exhortons le gouvernement à rendre la politique fiscale efficace au lieu de harceler les opérateurs économiques pour financer des dépenses non essentielles, ce qui a pour conséquence directe de pénaliser chaque ivoirien.