Front Populaire Ivoirien | Communiqué du FPI relatif au 11ème refus de la libération provisoire du Président Gbagbo par la CPI
Flash Info
AFFI : "Dans la forme, « le père de la démocratie ivoirienne » nous a fait vivre un scénario digne des dictatures du siècle passé"               AFFI : "Je voudrais au nom du FPI et à mon nom personnel souhaiter la bienvenue sur sa terre natale au Président Laurent GBAGBO"               En réponse à ma demande d'audience, à ma volonté de dialogue en vue de l'unité du Fpi, Laurent Gbagbo a choisi la rupture et la division (AFFI)              
Actualités » Communiqué » Communiqué du FPI relatif au 11ème refus de la libération provisoire du Président Gbagbo par la CPI
Communiqué du FPI relatif au 11ème refus de la libération provisoire du Président Gbagbo par la CPI

La Cour pénale internationale (CPI) vient de rejeter une nouvelle demande de mise en libérté provisoire du Président Laurent Gbagbo. Deux des trois juges chargés de le juger estiment que l’ancien président ivoirien qui risque la prison à vie  pourrait profiter d’une éventuelle libération pour prendre la fuite.

Le Front Populaire Ivoirien prend acte de cette décision regrettable qui a pour effet de prolonger injustement la détention du Président Gbagbo dont le procès s’est ouvert en janvier 2016. Le Front Populaire Ivoirien note que c’est la onzième fois que la CPI refuse la liberté provisoire au Président Gbagbo en invoquant l’existence d’un réseau de partisans susceptibles d’organiser sa fuite.

Le FPI fait remarquer que, tout en reconnaissant qu’il n’existe pas de « preuves spécifiques » de l’intention du détenu de se soustraire à la justice, les juges font droit aux arguments du Procureur et des représentants des victimes, en raison des agissements de certains partisans de Laurent Gbagbo. Ils dénoncent notamment, la divulgation de l'identité des témoins sur les réseaux sociaux, le financement et l’organisation de convois et meetings à la CPI.

Le Front populaire Ivoirien croit en l’innocence du Président Gbagbo et souhaite sa libération au plus tôt pour permettre aux Ivoiriens de se réconcilier et de tourner la triste page de deux décennies de crise. C’est pourquoi, pour le FPI, aucun sacrifice n’est de trop pour créer les conditions de cette libération attendue de tous.

A cet égard, les onze demandes de mise en liberté provisoire refusées ont le mérite de faire connaître les attentes de la CPI en termes d’assurance et d’esprit de conciliation pour aboutir à une décision heureuse et acceptable pour tous. Malheureusement, force est de reconnaître que la radicalisation de certains partisans du président Gbagbo est de nature à conforter les craintes des juges qui pensent à tort qu’une libération, même provisoire, du Président Gbagbo ne servira pas la cause de la justice et celle de la Côte d’Ivoire.

Le Front Populaire Ivoirien demande à tous ceux qui souhaitent sincèrement la libération du Président Gbagbo et du Ministre Charles Blé Goudé de renoncer à toute  posture de défiance permanente préjudiciable à nos détenus. C’est avec humilité et dans une approche constructive que nous obtiendrons leur libération.

Telle est la position du Front Populaire Ivoirien.

Fait à Abidjan, le 15 mars 2017

La Secrétaire Générale, Porte parole du FPI
Agnès Monnet