Front Populaire Ivoirien | Que retenir du 11e refus de la CPI de libérer le Pdt Laurent Gbagbo ?
Actualités » Vie des fédérations » Que retenir du 11e refus de la CPI de libérer le Pdt Laurent Gbagbo ?
Que retenir du 11e refus de la CPI de libérer le Pdt Laurent Gbagbo ?

Sangaré et Kipré font capoter la libération provisoire presque acquise de Gbagbo.

1 - les juges prennent prétexte de certaines activités de la fronde et de partisans de Laurent Gbagbo pour lui refuser la liberté provisoire. Au nombre de ces activités, la Cour cite notamment :

- les convois et meetings à la CPI,
- la pétition pour la libération de Gbagbo,
- la révélation de l'identité des témoins sur les réseaux sociaux.

2 - le procès pourrait durer jusqu'en 2022.

3 - le procureur pourrait boucler au plus tôt mi-2019 la présentation de tous les témoins, avant que les avocats ne présentent les leurs.

4 - un (1) seul juge de la CPI est en l'état actuel favorable à une mise en liberté provisoire de Gbagbo, en raison de son âge et de son état de santé préoccupant.

Mon analyse politique :

Certains individus organisent des actions politiques, sans réellement se rendre compte qu'ils font ainsi plus de mal que de bien à Gbagbo Laurent à qui leur trop forte étreinte porte préjudice.

La CPI est en manque d'arguments et cherche donc tous les prétextes pour garder Gbagbo en détention. Si ces actions nuisibles se poursuivent sur quels base et éléments nouveaux les avocats de Gbagbo pourraient-ils introduire une 12ème demande de liberté provisoire ?

Faire de Gbagbo le Pdt statutaire du FPI comme tente de le faire croire Sangaré et autres ne peut qu'ajouter des grains à moudre aux juges de la CPI.

Déclarer dans des journaux et à l'occasion de tournées politiques, comme le fait actuellement Sangaré à l'ouest du pays, pour annoncer la libération imminente de Gbagbo est contre-productif d'un strict point de vue judiciaire.

Les faits et les résultats désastreux de leur cécité politique sont là. C'est malheureusement Gbagbo du fond de sa cellule qui en paie, seul, le prix. Ceux qui organisent ces actions politiques sont, eux, en totale liberté.

Sangaré en annonçant sur TV5 que le Pdt Gbagbo était le Pdt du FPI a aussi fait capoter sa libération. En effet, les déclarations de haines, de "match retour" et refus de la réconciliation interne et nationale ont certainement fait leur effet auprès des juges de la CPI qui sans le dire ont dans leur intime conviction dû estimé que le libération de Gbagbo serait un frein à la cohésion et réconciliation nationale.

Sangaré, Kipré et autres finiront-ils par entendre raison en faisant profil bas pour enlever tout argument à la CPI et laisser les avocats de Gbagbo travailler ou alors redoubleront il d'efforts pour empêcher Gbagbo de sortir de prison ? Le temps nous situera.

Le Président Affi, lui, préfèrent travailler dans la discrétion et mise plutôt sur la diplomatie et les relations internationales. Force, malheureusement, est de constater que la surdité politique de la fronde brouille ses messages à l'endroit de ceux qui pourraient œuvrer intelligemment à la libération de Gbagbo.

Une contribution de Jean Bonin Kouadio
SGA du FPI, chargé de la Communication.