Front Populaire Ivoirien | Rencontre entre des militants et sympathisants du FPI et la SGA à la Communication et au Marketing Politique
Flash Info
AFFI : "Dans la forme, « le père de la démocratie ivoirienne » nous a fait vivre un scénario digne des dictatures du siècle passé"               AFFI : "Je voudrais au nom du FPI et à mon nom personnel souhaiter la bienvenue sur sa terre natale au Président Laurent GBAGBO"               En réponse à ma demande d'audience, à ma volonté de dialogue en vue de l'unité du Fpi, Laurent Gbagbo a choisi la rupture et la division (AFFI)              
Actualités » Vie des fédérations » Rencontre entre des militants et sympathisants du FPI et la SGA à la Communication et au Marketing Politique
Rencontre entre des militants et sympathisants du FPI et la SGA à la Communication et au Marketing Politique

Le Secrétaire Général Adjoint à la Communication du FPI ivoirien s'est entretenu ce jeudi 23 février 2017 avec des militants et sympathisants du FPI. À l'ordre du jour : la démission du camarade Amani N'guessan Michel.

Question : Amani N'guessan reconnaît-il toujours le Président AFFI comme le Président légal et légitime du FPI ?

Réponse : Oui. C'est la raison pour laquelle sa lettre de démission a été adressée "au camarade PRÉSIDENT DU FRONT POPULAIRE IVOIRIEN (FPI)" et à personne d'autre.

Q : Amani s'est-il brouillé avec l'honorable Affi ou la direction du FPI ?

R : Pas du tout. Si tel était le cas, il ne se serait pas déplacé chez le Président pour échanger avec lui avant de déposer sa lettre de démission.

Q : Reproche-t-il au Président de se pérenniser à la tête du FPI ?

R : Nous, pas du tout, il sait très bien qu'au FPI ont devient Président après avoir été élu a un congrès électif. Or a l´instar de l'élection présidentielle qui n´a pas pu se tenir aux dates constitutionnelles en raison de la crise postélectorale et de la partition du pays, le FPI, tout comme le PDCI et le RDR d'ailleurs, ne pouvait pas dans la sérénité tenir un congrès.

Q : Pourquoi après la crise postélectorale le Président AFFI n'a-t-il pas organisé un congrès ?

R : Vous savez bien que le Président AFFI a été abusivement détenu à Bouna pendant 3 ans. Comment pouvait-il organiser dans cette situation un congrès ? Mais en décembre 2014 il avait prévu d'organiser un congrès. Malheureusement, faute d'adversaires statutaires et pour prévenir d'inévitables affrontements physiques, ce congrès a été suspendu. Mais il aura lieu très bientôt, le 28 avril prochain, sauf cas de force majeure.

Q : le Camarade Amani ne reproche-t-il pas au Président AFFI de n'avoir pas pu réconcilier le FPI ?

R : Je ne pense pas. Le Président AFFI a créé un Groupe De Contact pour approcher les camarades en dissidence à la table de la discussion. Amani était l'un des vice-présidents de ce groupe. AFFI n'était pas membre de ce groupe. Les dissidents ont posé comme condition pour qu'ils réintègrent le FPI que le Président AFFI cède sa place à Sangaré. C'est aussi ce qu'ils ont exigé au doyen Bernard Dadié, mis en mission de réconciliation par le Président AFFI. Amani est plutôt déçu du comportement et de l'intransigeance des frondeurs. D'ailleurs, Amani dans sa lettre de démission mentionne que "cette crise est une crise de direction" en d'autres termes ; une crise de positionnement.

Q : Amani dit qu'il faut chercher une nouvelle voie pour mettre fin à la crise. Est-ce une façon de dire qu'il est la voie idéale pour rassembler le FPI ?

R : Il dit qu'il faut une nouvelle voie (chemin) et non une nouvelle voix (personne). Dans tous les cas le congrès aura lieu dans deux mois, il pourra y présenter sa nouvelle voie et défendre en tant que de besoin sa voix. Il appartiendra aux militants de trancher.

Q : Qu'est-ce qui justifie finalement sa démission de la direction du FPI pour n'en demeurer qu'un militant de base.

R : Il l'a dit dans sa lettre. Il a précisé que "c'est une nouvelle stratégie d'approche" pour arriver à réconcilier le FPI. Il faut tout simplement l'encourager vu que lui au moins œuvre pour la réconciliation interne et donc lui souhaiter bon succès dans sa stratégie car tous nous souhaitons la réunification.


Source : Service de Communication du FPI