Front Populaire Ivoirien | COMMUNIQUÉ DU FPI RELATIF A L’ARRESTATION ET À LA LIBÉRATION DE JOURNALISTES DE LA PRESSE ECRITE
Flash Info
Affi N’Guessan : le FPI a les moyens de remporter la présentielle de 2020 sans Gbagbo               Jean BONIN : « Ils s’abritent derrière le charisme de Gbagbo pour combattre Affi »              
Actualités » Communiqué » COMMUNIQUÉ DU FPI RELATIF A L’ARRESTATION ET À LA LIBÉRATION DE JOURNALISTES DE LA PRESSE ECRITE
COMMUNIQUÉ DU FPI RELATIF A L’ARRESTATION ET À LA LIBÉRATION DE JOURNALISTES DE LA PRESSE ECRITE

Le dimanche 12 février 2017, plusieurs patrons de presse et journalistes ivoiriens ont été convoqués puis entendus à la brigade de recherche de la gendarmerie nationale. Après plusieurs heures d’audition, ils ont été conduits au camp de gendarmerie d’Agban où ils y ont passé la nuit avant d'être libérés ce soir, aux alentours de 19h.

Il leur leur était reproché, selon le communiqué du procureur de la République daté du dimanche 12 février 2017, d’avoir divulgué, dans différents articles de presse, de « fausses informations de nature à inciter les soldats à la révolte ».

Le Front populaire ivoirien (Fpi) se réjouit qu'après plusieurs jours de détention arbitraire l'ensemble des six journalistes aient finalement été libérés.

Toutefois, le FPI condamne ces arrestations et détentions abusives dont l'objectif manifeste est l'intimidation et le musellement de la presse.

Au lieu de distraire l'opinion et de faire diversion à travers des atteintes aux droits de l'homme, le FPI demande au pouvoir, de s'attaquer aux vrais problèmes actuels qui minent notre pays et qui sont notamment l'incivisme chronique dans l'armée, l'insécurité récurrente, le chômage exponentiel, la corruption institutionnalisée et l'incompétence au sommet de l'Etat.

Le FPI réaffirme que le gouvernement actuel de notre pays constitue l'obstacle majeur à la paix et à la réconciliation nationale. C'est pourquoi le FPI réitère son appel à la mise en place d'un gouvernement d'union nationale et de transition, seul cadre pertinent pour mettre fin à la confusion et à l'anarchie qui caractérisent la situation sociopolitique actuelle, pour réconcilier les ivoiriens et pour assurer le développement économique et social du pays.

Le Fpi réaffirme, par ailleurs, son ferme soutien aux journalistes et à la presse nationale et internationale et leur demande de poursuivre sans faiblir leur mission d'information, de formation et d'éveil des consciences.

Le FPI demande aux ivoiriens et aux ivoiriennes de rester mobilisés pour entreprendre ensemble les actions nécessaires à la défense des valeurs de la République.


Fait à Abidjan, le mardi 14 février 2017
Pour le FPI, la SG, porte-parole du parti
Agnès Monnet