Front Populaire Ivoirien | Visite de Bertin Kadet à Mama : la vérité est celle-ci
Flash Info
AFFI : "Dans la forme, « le père de la démocratie ivoirienne » nous a fait vivre un scénario digne des dictatures du siècle passé"               AFFI : "Je voudrais au nom du FPI et à mon nom personnel souhaiter la bienvenue sur sa terre natale au Président Laurent GBAGBO"               En réponse à ma demande d'audience, à ma volonté de dialogue en vue de l'unité du Fpi, Laurent Gbagbo a choisi la rupture et la division (AFFI)              
Actualités » Vie des fédérations » Visite de Bertin Kadet à Mama : la vérité est celle-ci
Visite de Bertin Kadet à Mama : la vérité est celle-ci

Au sujet de la visite que Bertin Kadet a rendue à sa mère, pourquoi les gens trouvent à mentir sur quelque chose qu’ils n’ont pas vue ou vécue ? A quoi mène l’intoxication gratuite et méchante ? Mon ami de toujours, Bertin et moi, nous nous sommes rendus à Krogbopa, le village de sa mère, le jeudi 14 juillet pour rendre visite à cette dernière qui est malade. Elle a quatre- vingt- dix ans et sa santé est fragile. Nous sommes rentrés le vendredi 15, à 14 H à Abidjan. Quelques jours avant son retour au pays, il a fait interner la  maman malade à l'hôpital de Gagnoa. Il fallait donc qu’il voit son état dès son arrivée au pays. Kadet a dû honorer des rendez-vous importants, avant de se rendre au village à cet effet. A l'exception des services de police informés par ses soins, seuls son frère aîné, et deux autres personnes autour de la maman, personne d'autre n'a été informée de son déplacement. Arrivé à Ouragahio, il a aussitôt rendu les civilités au Sous- préfet, Monsieur Agnon. Ce dernier s’est rendu en sa compagnie, dans le bureau local de la CEI, afin qu’il se fasse enregistrer sur la liste électorale.  Après vérification,  il s'avère que son nom y figurait déjà, depuis 2010.  Ensuite, nous sommes allés à Krogbopa où il a retrouvé sa mère. Après quelques moments passés avec elle, il est allé à Mama, son village situé à un kilomètre. Notre véhicule s’est dirigé chez son frère, avant d’aller à sa résidence à lui. Comme Monsieur Bertin Kouassi, chef du village, se trouvait à Abidjan pour des soins médicaux,  Bertin est allé saluer le chef de terre, Obou Joseph, à son domicile. Ce dernier était avec d'autres notables. Après, il a rendu visite à Georges Obéogo Djéhi, l'adjoint au chef du village, à son domicile également. A ces deux personnalités de la chefferie locale, il a martelé qu’il est venu pour voir l’état de sa mère, et que de manière plus solennelle, il informera les autorités coutumières de son retour d’exil et de la date prochaine de sa visite au village. Après, il s’est rendu dans sa plantation d'hévéa, pour voir l'état dans lequel elle se trouve après cinq ans d'absence. Sa résidence étant dans un piteux état, nous n’avons pas passé la nuit à Mama. En revanche, quelques personnes qui l’accompagnaient y ont passé la nuit, et moi et le ministre Kadet, nous sommes allés dormir chez maman où il une chambre plus propre était disponible. Un cousin lui a offert un poulet cette nuit- là, qu’il a remis à sa sœur pour nous faire le déjeuner du lendemain. Le matin du vendredi 15 juillet à 8h, tout le village de Krogbopa, comme un seul homme, s’est précipité chez maman pour le voir et le saluer. Les villageois lui ont offert un mouton pour son repas, qu’il fait transporter à Mama, dans sa cour. Après quoi, nous avons pris le déjeuner ensemble. Alors que nous devions reprendre la route pour Abidjan à 8 h, c’est à 9 h 30 que nous avons quitté, après qu’il les ait reçus. En partant, il a marqué un arrêt à Ouragahio pour saluer notre ami commun Roger Oula, un ancien maire résidant, avant de poursuivre sa route. Kadet n'a pas eu de débat avec les villageois, encore moins avec une prétendue délégation de la JFPI. Tout ce qu'on vous raconte sur les réseaux sociaux ne s'est jamais produit, et je ne sais comment et où les gens tirent les informations qu'ils publient. Peut-être que ça leur procure un certain plaisir de mentir aux autres, sur les autres.  Il est temps que les gens arrêtent de dire n’importe quoi sur des personnes qu’ils ne connaissent pas vraiment. Au lieu de se réjouir que Kadet soit rentré vivant dans son pays, certains préfèrent spéculer sur ce qui pourrait lui arriver de mauvais, en usant de la désinformation. Ce sont ces genres de comportements, entre autres, qui sèment la peur chez les exilés, et qui font qu’ils n’ont pas envie de retourner dans leur pays. C’est vraiment pitoyable.

César Piekoura, ami de Bertin Kadet,
membre de la délégation s’étant rendue au village